USBPA Rugby : Les dessous d’un réel projet économique viable

A la suite de l’article sur les coulisses de la billetterie, et les sources de cette réussite populaire, l’USBPA vous propose cette fois de découvrir les dessous de sa structuration économique. Partenaires, sponsoring, visibilité, recette jour de match … Tous ces termes n’auront plus de secret pour vous, tout comme le modèle économique des Violets. Néanmoins, cet article a été rédigé en amont de la crise du Covid, qui n’est d’ailleurs pas finie et rend périlleux l’exercice de la prospective pour la saison prochaine. D’ailleurs, dans le contexte actuel, nous avons une pensée particulière pour tous nos partenaires qui subissent également la crise actuelle.

Un leitmotiv : Être un réel acteur économique

C’est un reproche souvent fait au sport professionnel. On entend souvent que sans subvention il ne pourra exister, qu’il aspire les impôts locaux … A Bourg-En-Bresse, les collectivités doivent composer avec trois clubs ambitieux et acteurs de la vie locale. Forcément, par rapport à d’autres régions, avec une telle émulation sportive le flux d’argent public est réduit, et en bonne intelligence, les collectivités accompagnent les clubs sur leurs projets structurants (salle, stade, centre de formation) et non sur les dépenses liées à l’activité de la structure professionnelle. Ainsi, comme les autres clubs de l’Agglomération, les Violets doivent fournir un réel effort économique pour abonder leur budget et leurs ambitions, car les subventions représentent une part minoritaire du budget. C’est pour cela que cette année, le budget global de l’USBPA (3,8m€) repose à 50% sur le partenariat, c’est-à-dire l’achat de prestations par les entreprises et acteurs économiques locaux.

Le budget des violets repose sur le partenariat avec des entreprises et acteurs locaux

Le partenariat, pilier des ressources économiques

Les Violets doivent donc tisser des liens de confiance avec les entreprises locales, et mêmes certaines entreprises d’envergure nationale, afin de leur proposer différents produits en fonction de leurs besoins. C’est ainsi que l’équipe commerciale de l’USBPA, propose de la visibilité sur les équipements des joueurs ou au stade, des prestations réceptives lors des matchs. Les commerciaux de l’USBPA sont également force de proposition pour l’organisation d’événements au stade hors des matchs, ainsi que pour toute étude autour de l’association de l’image d’une entreprise avec celle du club. Enfin, le Club Affaires dynamise ce réseau de partenaire, en mettant en place des événements entre décideurs économiques. Ce modèle marche, puisque 270 partenaires accompagnent les Violets. Dans le premier département industriel de France, proche de zones majeures comme Lyon ou Genève, les clients ne manquent pas. Les dirigeants du Conseil d’Administration participent au travers de leurs entreprises, mais les Violets ont des soutiens de poids avec certaines entreprises majeures de la région comme Bigard ou Renault Trucks, ainsi que le groupe Bernard. On trouve aussi entreprises au service d’autres, comme PI Install ou Mabeo, ainsi que des banques ou des assurances. Enfin des artisans, commerces de détail et de proximité utilisent aussi l’image des Violets pour se développer. Tout comme la billetterie, la bonne image, les succès sportifs, ainsi que le projet du club autour de la localité et du beau jeu, permettent une croissance du nombre de partenaires d’année en année. Les partenaires sont ravis de pouvoir échanger facilement avec nos joueurs et le staff sportif, qui parlent tous français, font des études ou on un projet professionnel avancé. C’est également un autre atout dans le jeu des Violets, afin de tisser une relation de proximité et de confiance.

Les partenariats basés sur une relation de proximité et de confiance

Les revenus jour de match

On l’a vu dans l’article précédent, l’USBPA a une capacité unique à son niveau, et parmi les meilleurs au niveau supérieur, à rassembler dans son stade. Au-delà du plaisir d’enchaîner les records d’affluences, de vivre une relation quasi familiale entre les joueurs et le public, c’est également un réel levier économique. Tout d’abord, cela permet de valoriser les partenariats évoqués plus haut. Un partenaire sera plus enclin à associer son image avec un club qui peut rassembler régulièrement 6000 personnes, dont 500 à 700 VIP, plutôt qu’un club qui peine à remplir son stade. Sur certains matchs, l’USBPA peut accueillir jusqu’à 1000 VIP ! Deuxièmement, le public au stade génère par lui-même un réel flux économique : Billetterie, buvette, nourriture, boutique … Les sources de revenus sont nombreuses et variées. Cette année en Fédérale 1, un match lambda génère environ 30.000€ de recettes. Un match de gala permet de doubler cette somme. A la fin de l’année, l’addition de ces sommes représente une contribution non négligeable, à laquelle on peut rajouter les revenus issus des abonnements, où l’USBPA se situe à nouveau en tête de sa division. Ces revenus jour de match, auxquels on additionne les abonnements, génèrent autour de 20% des revenus. On peut donc percevoir la solidité du modèle de l’USBPA, où plus de deux tiers du budget repose sur l’économie réelle.

Des affluences exceptionnelles : résultat du modèle économique violet

Des voies réelles de progression

Quand certains font étalage de recettes futures espérées, l’USBPA possède déjà des atouts quantifiés ainsi que de réelles possibilités d’améliorer ses performances commerciales : les nouveaux équipements de la tribune Sénétaire, une exploitation plus poussée de la visibilité sur les réseaux sociaux, où l’USBPA performe également, ou encore une nouvelle boutique …

Ces actifs sont réels, dans les mains des dirigeants ainsi que de la cellule commerciale, qui planchent à un nouveau plan de commercialisation. En cas d’accession au niveau supérieur, les Violets enregistreront également une prime de montée et un quota de droits TV, ce qui laissait présager, avant la crise du COVID, un budget équilibré, pérenne, grâce à des sources de revenus variées et en croissance. En effet, avec la crise en cours, il est difficile de se projeter sur le prochain exercice de façon précise.

L’extension de la tribune Sénétaire, réel atout pour l’USBPA
suscipit Praesent eget venenatis dolor pulvinar