110 ans d'histoire

110 ans d'histoire

1902-1912 :
La création du club date de 1902. Au départ, l'US Bressane s'ouvre à tous les sports. Cela commence avec le cyclisme, l'athlétisme et la gymnastique. Le rugby ne fait son apparition qu'en 1905 grâce aux étudiants du lycée Lalande.
Pour suivre le jeu du plus près possible, les spectateurs ont tellement tendance à entrer sur l'aire de jeu que des cordes sont tendues autour du terrain des Vennes puis sur celui situé derrière l'église de Brou. Après des rencontres scolaires, le club intègre le championnat de France du lyonnais et obtient une place de vice-champion de France 2ème série en 1910.

1913-1923 :
L'USB gagne le droit d'évoluer dans le championnat du lyonnais et dispute même des rencontres de prestige comme cette victoire 11 à 0 en 1913 face à ce qui se fait de mieux en Europe : le Servette de Genève. En 1914, le club compte 300 sociétaires. Malheureusement, les années de guerres freinent ses activités. En 1917, l'USB bénéficie d'un nouveau stade entre l'Allée de Challes et la route de Lons-le-Saunier. Marécageux mais idéalement placé tout près du champ de foire, il possède un vestiaire en planches et il arrive que les joueurs se lavent dans la rivière. En 20 ans, l'USB s'est forgée une âme, des valeurs et une solide réputation avec le titre de champion du lyonnais en 1921.

1923-1933 :
La moitié de la jeunesse bressane franchit les portes de l'USB. Le club a grandi. Tout est bien pensé, les bases sont sérieuses et les statuts solides. Les joueurs sont assurés contre les accidents et peuvent assister aux réunions.
Champion du lyonnais en 1923, le club perd en demi-finale du championnat de France contre Carcassonne. L'équipe pose avec un gilet très classe frappé du coq, cet emblème qu'a choisi la FFR et que les bressans ont revendiqué le plus naturellement du monde. Les victoires décuplent le plaisir d'être ensemble. Les juniors jouent la finale en 1929 et les seniors accèdent au plus haut niveau national en 1930 après avoir battu Roanne sur sont terrain.

1933-1943 :
La vie continue. L'équipe 1ère reçoit l'apport d'éléments issus des rangs juniors, eux même alimentés par des garçons de la rue ou des lycées, au point d'être capable de rivaliser avec les meilleurs clubs français. C'est le temps des Tournier, Pierre Sénetaire, Georges Dugad aujourd'hui âgé de 95 ans.
Lorsque la saison est terminée, nos champions retrouvent leur discipline première : l'athlétisme et s'élancent sur les pistes où s'organisent des challenges. Ainsi, l'USB devient une véritable machine de propagande pour la région. Le 24 octobre 1937, le club reçoit Oyonnax quand un drame survient : suite à un plaquage, Marcel Verchère ne se relève pas. Deux jours plus tard, c'est la stupeur en ville et au club : le joueur est décédé, foie et rate éclatés.
En 1939, l'USB remporte le titre de champion de France en battant Lourdes 5 à 3 juste avant la 2nde guerre mondiale et les bombardements.

1943-1953 :
Le Stade verchère est pour beaucoup l'un des seuls endroits où il reste possible d'échapper à la morosité ambiante. A partir de 1945, joueurs, entraîneurs et dirigeants mettent les bouchées doubles pour redonner vie à l'association. C'est l'époque des Millet, Terreau, Ramboz. En 1947, plus de 400 personnes assistent à l'AG extraordinaire. La confiance revient, le public aussi et l'USB se maintient au plus haut niveau.
Des équipes prestigieuses comme Tarbes ou Béziers s'inclinent à Bourg et le club accède à la 1ère division en 1948. L'équipe réserve est championne du Lyonnais, les juniors brillent également et l'école de rugby voit le jour en 1953.

1953-1963 :
L'USB se voit attribuer le challenge du club complet avec des joueurs comme Toinet, Terreau, Pomathios, Trincéa mais est reléguée en 1955 pour 2 saisons en 2ème division avant un titre de champion de France en 1958. C'est l'époque des Bonnet, Bourgeois, Jouvent, Robin, Poncet, Arredi...et la remontée en élite grâce à la victoire contre le Boucau. L'USB connaît une nouvelle relégation en 1961 avant le retour en 1ère division en 1964 suite à un repêchage.

1964-1974 :
Pierre Sénétaire est Président, Robert Tourte est entraîneur. A peine remontée, l'USB redescend en 2ème division avant de remporter un nouveau titre de champion de France en 1966 et une victoire face à Montluçon (12-3) qui ramène le club en 1ère division où il va se fixer pour un bon moment avec Michel Greffe comme entraîneur à partir de 1969 aux côtés de Bayonne, Tarbes, Biarritz, Mont-de-Marsan, etc...En 1972, l'USB accède aux 1/8èmes de finale après une victoire (15-11) sur La Voulte des frères Cambérabéro et participe, les 2 années suivantes, aux 16èmes, éliminée de peu par Narbonne (9-16) et Béziers (3-9).

1974-1984 :
C'est l'association de 2 grands noms du rugby. Gérard Viard, international arrivé de Narbonne, pour épauler Michel Greffe au seuil de la saison 1974/75 mais, victime d'une fracture de la jambe, ne pourra pas mettre bien longtemps tout son talent au service de l'équipe.
Malgré tout, dans cette décennie, l'USB se qualifiera 8 fois pour les 16èmes de finale mais n'ira jamais plus loin car 8 fois éliminée et le plus souvent de très peu par Dax, Bègles, La Voulte, Oloron, Montferrand, Perpignan, Romans et Nice.
En 1976, création du challenge Pomathios (ancien Président disparu prématurément), tournoi qui réunit chaque année plus de 1000 jeunes joueurs. C'est l'époque des Drake, Collinson, Picard, Randu, Ducrozet, Pelissier, etc...

1984-1993 :
Mike Pomathios est Président mais ne peut éviter le naufrage. Après 18 saisons au plus haut niveau, l'USB redescend. L'année 1985 est sauvée par les cadets qui sont champions de France. Buathier puis Guénot sont entraîneurs au milieu d'une instabilité générale. En 1986, le match de la remontée est perdu face à Lavelanet.
Titulaire en équipe d'Angleterre, Horton débarque en Bresse et Gilles Bressot prend la présidence. Souvent placé mais toujours battu dans la dernière ligne droite, le club ne retrouve l'élite qu'en 1991. Cet hiver là, la tribune CGT s'écroule sous le poids de la neige et l'USB doit jouer ses matchs à l'extérieur. Relégation en fin de saison. Hyvernat prend la présidence. 
1992, création du club entreprises pour des relations plus fortes avec les partenaires.

1993-2002 :
Le club entreprises prend ses marques, l'équipe dirigeante s'active à assainir les finances. JP Di Stefano est entraîneur. Les juniors sont prometteurs (Perrin, Taponard, Larguet).
En équipe 1ère, Maréchal, Arredi, Nallet témoignent du renouveau. En 1997, l'effectif est très jeune avec des joueurs formés au club mais toujours en 2ème division. Chevat et Ebeyer arrivent avec Michel Bernardin et toute une jeunesse encadrée par Panier, Fromont, Laruaz. De plus en plus ambitieux, le club remporte son 4ème titre de champion de France en 1999. En 2000, c'est l'accession à la Promotion Nationale. 2001 voit les Reichel B champions de France avant le départ de Michel Bernardin en 2002.

2002-2012 :
Didier Cambérabéro arrive pour 2 saisons avec Gil Coquard et Laurent Leflamand. C'est le temps des Langlois, Gaudet, Perret, Frew, Jincharadze.
Pendant 4 saisons, l'USB perd les matchs de la montée contre Oyonnax, le Stade Bordelais, Oloron et Gaillac. En 2003, l'équipe B est championne de France en battant Oloron.
Mais la délivrance arrive le 1er juin 2008. Sous la houlette de Jean Anturville, le club obtient la montée en Pro D2 aux dépens d'Aix-en-Provence. Tout le peuple bressan exulte avant de déchanter car l'USB redescend aussitôt et replonge en Fédérale 1, minée par des problèmes financiers. Les artisans de la montée étaient : Tian Mounic, Garnier, Chabaud, Aurignac, Laffitte, Mutapcic...

2013 :
Après 4 années de purgatoire en Fédérale 1 avec Christophe Niogret et Maurice Guy à la présidence, le club retrouve la Pro D2 le 25 mai 2013 après 2 matchs mémorables face à Lille. Cerise sur le gâteau, 2 semaines plus tard au stade Gerland à Lyon, l'USB est champion de France de Fédérale 1 en battant Bourgoin 15 à 13. 

2015/2016 :

Après être redescendu en Fédérale 1 à l'issue de l'exercice 2013/2014, les violets ont difficilement su gérer cette désillusion. Ainsi, la saison 2014/2015 s'est terminée par une élimination en huitième de finale face à Vannes. Les supporters restaient sur une grosse déception. L'USBPA a construit un nouveau groupe expérimenté et motivé avec la volonté du club de véhiculer les valeurs bressanes qui ont fait sa force jadis pour aller chercher la montée en Pro D2 et refaire vibrer son public avec son projet VIOLET 2020. Les Violets ont réalisé une très belle saison en terminant premier de leur poule à l'issue de la phase régulière avec 16 victoires et 2 défaites. Ils ont ensuite fait tomber Auch pour s'incliner aux portes de la Pro D2 face à Soyaux-Angoulême

2016-2017 :

Après avoir échoué de peu de monter en Pro D2, les Violets reviennent cette saison motivés avec un groupe semblable à celui de la saison passée ponctués par quelques départs et arrivées. Celle-ci est marqué par l'instauration de la poule élite en Fédérale 1 reservée aux prétendants à la Pro D2 ainsi que par la continuité du club dans son projet VIOLET 2020 parrainé par Lionel NALLET.